Marie Tavera oeil glace

écrire comme dessiner
pour voir

l'endroit du regard
le moment d'un espace
le point aveugle où bouge une vie
la focale d'un mouvement, d'une mémoire et d'une peau, le buisson d'un dessin, la forêt d'un oubli

l'est le versant de paille

l'ouest la terre

les cosses roulent du côté de l'autre paysage

avec l'envie de ramasser je tresse quelque chose

ni forme ni fruit

ni les branches

le terrier rassemblé en train d'être le temps