Dans mon dessin comme dans ma poésie, je cherche une focale qui dise à la fois l'adossement au tangible et son affranchissement: ce qui vient, qui est perçu, qui échappe.

Peut-être à cause de mon regard de myope, peut-être parce que le vivant est déjà forcément ailleurs, hors de sa trace, dans le mouvement et la texture.

chaque chose pourrait devenir ou pas

ici est l'endroit même

où je vois le temps

la porte d'une forêt

d'une brisure

dans l'appui de lumière cette balise

la direction du vent où je mets ma fenêtre

Marie Tavera - textes et images soumis à droits d'auteur
 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now